En plus d'organiser des activités, le Réseau Histoire envoie un bulletin électronique qui diffuse des offres d'emplois et des événements en lien avec l'Histoire.

Pour vous y abonner gratuitement: reseau.histoire@uqam.ca

Si vous souhaitez vous joindre au comité organisateur, contactez assistant.histoire@gmail.com.

Qui sommes-nous ?

Montréal, Québec, Canada
Le Réseau regroupe des étudiants, des diplômés et des professeurs de l'UQAM. Un comité organise une variété d'activités en lien aux débouchés professionnels dans le domaine de l'histoire ainsi que des activités de réseautage.

mercredi 12 décembre 2007

Résumé du Midi-Conférence sur les "Maitrise après le Bac en Histoire"

Vous trouverez ci-après un résumé de la présentation des trois intervenants suivant ou ayant suivi une maitrise, qui nous ont présenté en quoi celle-ci consistait.


Maîtrise en histoire (profil recherche) : Rachel Couture
Comment se préparer à des études de 2e cycle ? D’abord, le choix d’un directeur est une étape cruciale de ce parcours. Pour ce faire, ciblez vos thèmes, aires ou périodes préférés ; consultez ensuite la liste des professeurs regroupés selon leurs domaines de spécialisation sur le site du département d’histoire (http://www.histoire.uqam.ca/) ainsi que leur fiche personnelle ; lisez quelques-uns de leurs articles. Ensuite, discutez de vos intérêts, de vos travaux préférés avec le directeur choisi afin de vous entendre sur un sujet de recherche potentiel. Il y a plusieurs avantages à faire votre choix d’ici la fin du baccalauréat : vous pourrez ainsi planifier judicieusement votre parcours académique, faire votre dépôt de sujet au moment recommandé et être paré à constituer votre dossier pour les concours de bourses à l’automne (à ce sujet, consultez le site du département à partir de l’onglet « soutien financier »). Par ailleurs, les cours de langue appropriés à votre aire ou période d’études et les cours de paléographie si vous croyez devoir travailler à partir de sources manuscrites constituent également une bonne façon de vous initier à des connaissances utiles, voire essentielles, à la réalisation de votre mémoire.

La maîtrise en histoire (profil recherche) est structurée en deux types d’activités : d’une part, la scolarité de maîtrise et, d’autre part, la rédaction du mémoire. La scolarité, habituellement suivie les deux premières sessions de votre maîtrise, est composée de quatre séminaires regroupés en trois volets : thématique, spatio-temporel, méthodologie et théorie (un cours doit être suivi dans ce dernier volet). Il est d’ailleurs préférable d’orienter son choix de cours, ou du moins les travaux dans le cadre de ces activités, en fonction de son sujet de recherche afin de s’initier aux différents aspects de son futur travail. D’ailleurs, le cours « Méthodologie de la recherche historique » est un bon tremplin entre la scolarité et le projet de mémoire puisqu’il vous permet de faire une esquisse préliminaire de votre recherche tout en profitant des expériences de vos collègues. Le projet de mémoire est un travail d’environ 25 pages qui porte sur la définition plus précise de votre projet de recherche : bilan historiographique, problématique, sources utilisées et méthodes d’analyse envisagées. Ce travail constitue essentiellement le 1er chapitre de votre mémoire et il est habituellement réalisé au cours des deux premières sessions de rédaction. Pour plus de détail au sujet des exigences de ce programme de maîtrise, vous pouvez consulter le Guide des études de maîtrise et de doctorat en histoire disponible sur le site du département.

Pour bien organiser la rédaction de votre mémoire, texte d’une centaine de pages, l’emploi d’un échéancier réaliste définissant vos objectifs mensuels permet de ne pas perdre de vue la date buttoir de cet exercice de grande envergure. Quelques outils peuvent également vous aider à établir une bonne méthode de travail, de gestion des références ou des lectures, notamment L’Art de la thèse de Michel Beaud et un logiciel de gestion de références bibliographiques (EndNote). Ce dernier logiciel est très utile d’autant plus que vous devrez apprendre une nouvelle méthode de présentation des références bibliographiques, soit celle du Guide de présentation des mémoires et des thèses. Vous trouverez toutes les informations en ce qui a trait au logiciel EndNote sur le site de la bibliothèque UQAM (http://www.bibliotheques.uqam.ca/procite/index.html).

_____________________


Muséologie : Isabelle Pichet

La maîtrise en muséologie est une maîtrise professionnelle offerte à l’UQÀM conjointement avec l’Université de Montréal. Elle regroupe plusieurs facultés dont communication et éducation et est chapeautée par la faculté des arts. Pour y être admissible, l’étudiant doit avoir un baccalauréat ou de l’expérience dans le domaine. Il n’y a donc pas de préalable précis pour s’inscrire à cette maîtrise. La formation inclut un stage en milieu muséal, une recherche dirigée et environ 7 séminaires. La durée de la maîtrise est de 5 sessions incluant les sessions d’été. Il y a maintenant la possibilité de suivre des cours intensifs à l’école du Louvre à Paris tout en se rendant sur des sites archéologiques ou bien de faire un stage à l’étranger puisque l’UQÀM à des ententes avec certains pays. La maîtrise ouvre les portes au doctorat en muséologie et donne aussi accès aux différents emplois dans le domaine que ce soit dans le milieu éducatif, des communications, de la direction de musée, des archives ou encore de la conservation.

_____________________


Maitrise en Histoire Appliquée : Chantale Lacoste

mardi 27 novembre 2007

Visite guidée historique de Montréal



Suite au souper annuel du Réseau, nous avons eu droit à une petite visite guidée de Montréal en allant au métro!


video


vendredi 16 novembre 2007

Midi-causerie : Les maîtrises en histoire

Quand : Mardi, le 27 novembre 2007
Local A-1785
-
Trois uqamiennes viendront partager leur expérience sur leur maîtrise et nous donner des conseils pratiques !
-
Nos invitées seront :
-
Isabelle Pichet - volet maîtrise en muséologie.
Ayant terminé sa maîtrise en muséologie à l’UQAM en 2000, Isabelle Pichet présentera cette maîtrise professionnelle qui comprend un stage pratique et un travail de recherche subséquent. Grâce à cette formation, elle a occupé différents postes dans plusieurs musées. D’abord, elle a été technicienne au département des archives au Musée d’art contemporain de Montréal en 1999. Elle a été ensuite directrice intérimaire à la Maison des cultures amérindiennes en 2002. Enfin, elle a été adjointe à la direction et à la conservation au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire pendant quatre ans, soit jusqu’en 2003. Depuis 2004, elle a entrepris un doctorat en histoire de l’art, dont la thèse est intitulée : La mise en exposition des Salons de l’Académie de Paris (1750-1789). L’apport du Tapissier.
-
Rachel Couture - volet maîtrise en histoire (profil recherche).
Rachel Couture abordera, pour sa part, le programme de la maîtrise en histoire (profil recherche) qu’elle vient tout juste de compléter. Son mémoire a pour titre : Le règlement judiciaire de l'injure à Paris au XVIIIe siècle : collaboration entre la justice conciliante et les justiciables avertis. En parallèle à sa formation, elle a exécuté différents contrats de travail à l’UQAM en tant qu’auxiliaire d’enseignement et en tant qu’assistante de recherche, notamment aux Archives nationales de France et sur le projet d’édition électronique du Journal d’événements de Siméon-Prosper-Hardy. Cet automne, elle a été par ailleurs une des personnes-ressources attitré à l’encadrement des demandeurs de bourses de l’UQAM ; c’est pourquoi elle glissera un mot sur le financement des études supérieures au cours de sa présentation. Actuellement doctorante en histoire moderne, elle débute une cotutelle de thèse entre l’UQAM et l’Université de Caen dont le titre provisoire est : Pratiques et représentations policières : Le cas des inspecteurs de police parisiens au XVIIIe siècle.
-
Chantale Lacoste - maîtrise en histoire appliquée.
Chantale Lacoste, quant à elle, informera les étudiants à propos d’une maîtrise injustement restée dans l’ombre : la maîtrise en histoire appliquée qui a la particularité de joindre un stage pratique à l’exécution d’une recherche. Le projet de recherche de cette conférencière s’intitule : La réhabilitation des patriotes dans la mémoire collective : le cas de la commémoration du soixantième anniversaire des Rébellions de 1837-1838. Dans le cadre de sa maîtrise, elle a également effectué un stage de recherche sur les Rébellions de 1837-1838 au Musée Pointe-à-Callière. Elle a en outre occupé plusieurs postes reliés à son domaine d’études en cours de formation, notamment celui d’assistante de recherche pour le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal. Parallèlement à la réalisation de sa maîtrise, elle est présentement recherchiste pour la Corporation du Moulin Légaré à Saint-Eustache où elle se charge de la conception d’une nouvelle exposition permanente sur les Rébellions de 1837-1838.
-
Historiens au bac, on vous y attends !

mercredi 7 novembre 2007

Appel à tous ! - Journée du Réseau Hisoire

Nous sommes à la recherche d'étudiants pour collaborer à la réalisation du document d'accompagnement de la 9ième édition de la Journée du Réseau Histoire (autrefois nommée Journée Carrière) qui se tiendra le 8 février prochain, sous le thème Les gens qui nous font revivre l'Histoire.
-
Le document d'accompagnement se veut une ressource complémentaire aux conférences qui auront lieu au cours de la journée. Notez que ce document est déposé à la Bibliothèque de l'UQAM et aux bibliothèques nationales du Québec et du Canada.
-
Alors si tu es intéressé à écrire un article, réaliser une entrevue, ou à faire l'inventaire des activités en lien avec la reconstitution historique (événements spéciaux, organismes oeuvrant dans la reconstitution, etc.), cette implication est pour toi!
-
Les textes soumis devront compter un maximum de 6 pages en Arial (12), simple interligne. Vous avez jusqu'au 21 janvier 2008 pour nous les envoyer, mais nous aimerions avoir la soumission de votre sujet le plus tôt possible!
-
Voici des suggestion de sujets :
  • Les étapes de création et d'organisation d'une reconstitution historique
  • Les ressources permettant de réaliser une reconstitution historique de petite ou de grande envergure (fêtes, mariages, etc.)
  • Suggestion d'activités en lien avec l'histoire (p.ex. les fêtes de la Nouvelle-France à Qc)
  • Des expériences dans le domaine de la télévision, du théâtre ou du cinéma dans l'élaboration d'un projet en lien avec l'histoire
  • Les bandes dessinées historiques
  • Biographies d'auteurs ou d'historiens ayant travaillé dans le domaine de la télévision ou du cinéma...
Envoyez vos idées et/ou vos articles à Karina Trautmann : ktrautmann@gmail.com .

vendredi 26 octobre 2007

Invitation au souper annuel 2007


Le Réseau Histoire vous invite à son 9ième souper annuel qui aura lieu le jeudi 22 novembre 2007. Le Réseau fête ses 10 ans cette année. C'est l'occasion de faire des retrouvailles ainsi que des nouvelles connaissances avec des étudiants, des diplômés et des professeurs qui partagent votre passion pour l’histoire.

Le souper se déroulera dans une des salles privées du restaurant Giorgio du Vieux-Port de Montréal. Pour agrémenter la soirée et favoriser la discussion, le comité organisateur animera un petit jeu en début de soirée pour tester vos connaissances historiques.

Nous vous attendons en grand nombre pour que cette soirée demeure une réussite!

Informations:

: Restaurant Giorgie du Vieux-Port de Montréal Apportez votre vin 222, boul. St-Laurent

Quand: Jeudi, 22 novembre 2007 à partir de 17h30

Coût: diplômé-es: 22$ étudiant-es: 18$ (Taxes et service compris)

Réservation obligatoire avant le 19 novembre, 16h.


Plusieurs façons pour vous inscrire :

  • Secrétariat du département d'histoire au A-6055
  • Comptoir d’accueil des Services à la vie étudiante (local DS-2110)
  • Auprès des membres du comité organisateur.
  • Par la poste : il est possible de s’inscrire par la poste avant le 14 novembre.
  • Ou bien, contactez Joëlle Thérien à
assistant_reseauhistoire@yahoo.ca



Choix de menu

Le Réseau Histoire vous offre un verre de vin en apéro.

Potage ou salade.

Choix de repas principal (à mentionner lors de la réservation):
Bœuf à la bière (légumes et pommes purée), cannelloni au fromage et aux épinards, vol-au-vent aux fruits de mer (légumes et pommes purée) ou tortellini sauce rosée.

Dessert et café/thé.

samedi 20 octobre 2007

Compte-rendu du midi-rencontre «Enseigner l'histoire au collégial»

Le 10 octobre 2007, trois professeurs du cégep sont venus partager leur expérience avec les étudiants et les diplômés de l’UQAM. Valérie Blanc et Lorne Huston, du collège Édouard-Montpetit, et Patrice Régimbald, du cégep du Vieux-Montréal, ont accepté l’invitation du Réseau Histoire. Mademoiselle Blanc a obtenu sa maîtrise en juin 2007 à l’Université de Montréal. Elle donne le cours Histoire de la civilisation occidentale depuis la session d’automne. Lorne Huston enseigne la sociologie au cégep depuis 1976 et l’histoire depuis 1992 après avoir obtenu son doctorat en 1989 à l’université de Concordia. Patrice Régimbald a une maîtrise en histoire urbaine du Québec et un doctorat avec spécialisation dans le domaine de l’historiographie. Il a été chargé de cours à l’UQAM et enseigne au collégial depuis 1993. Il a travaillé dans plusieurs cégeps : Rimouski, Montmorency, Lionel-Groulx, André-Laurendeau et il enseigne au cégep du Vieux-Montréal depuis 1995.

Valérie Blanc a décidé d’enseigner au collégial afin de partager sa passion de l’histoire avec des étudiants qui sont en âge de pouvoir réfléchir sur les phénomènes historiques. Elle était aussi intéressée à participer aux projets de mobilité étudiante ayant elle-même participé à un stage en Europe lorsqu’elle était au collège Édouard-Montpetit. Lorne Huston s’est intéressé à l’histoire en enseignant la sociologie. En effet, la compréhension de certains phénomènes nécessite une perspective historique. L’enseignent de l’histoire a donné un second souffle à sa carrière. Selon les deux professeurs, l’enseignement de l’histoire au cégep est pertinent dans la mesure où il contribue à former des citoyens éclairés, car il aide ces derniers à mieux comprendre le monde dans lequel ils évoluent.

Les étudiants peuvent préparer leur carrière d’enseignant au cégep dès la maîtrise. Par exemple, Valérie Blanc a suivi un cours de pédagogie dans le cadre duquel elle a fait un stage. Elle a aussi obtenue une charge d’auxiliaire en enseignement. Ces expériences sont des atouts, mais elles ne sont pas un pré requis. Certains cégeps exigent aussi à leurs candidats de passer un test de français et de préparer un plan de cours. Les cégeps recrutent leurs enseignants quelques semaines et mêmes quelques jours avant le début de la session. Par conséquent, il est conseillé d’envoyer son CV au début de l’été en juin et s’attendre à être convoqué en entrevue au mois d’août. Il est aussi conseillé d’envoyer son CV (en version papier) au coordonnateur du programme ainsi qu’aux ressources humaines du collège sans attendre une publication d’offre d’emploi.

Dans la région de Montréal, la grande majorité des cégeps exigent une maîtrise. Quant au doctorat, il peut être un atout pour certains collèges qui recherchent des professeurs prestigieux. Cependant, il peut aussi être un frein pour les collèges qui ont un budget peu élevé. Quant aux chances d’être embauchés, elles varient en fonction d’une multitude de facteurs : le nombre d’élèves, les retraites de professeurs, le profil des candidats, etc. Patrice Régimbald, qui a été coordonnateur du département au cégep du Vieux-Montréal, affirme que les candidatures priorisées sont d’abord celles des personnes qui ont déjà enseignées au cégep, ensuite, celles des candidats qui ont des expériences pédagogiques pertinentes, et enfin, les autres candidatures valables. Il affirme que la connaissance des plans de cours et du contenu des cours est un atout. D’ailleurs, ces informations sont présentes sur les sites Internet des collèges.

La liberté des professeurs quant à l’élaboration du contenu de leur cours varie selon les cégeps. Dans tous les cas, les professeurs doivent respecter certains grands objectifs. Selon Lorne Huston, la raison d’être des cours d’histoire au collégial n’est pas de former des historiens. En effet, ces cours existent pour amener les étudiants à amorcer une réflexion sur le changement dans le temps. Patrice Régimbald a insisté sur le fait que les professeurs sont avant tout des pédagogues et que leurs tâches sont variées et parfois répétitives. En effet, il est impératif de bien définir les termes utilisés lorsque l’on s’adresse à des étudiants de première année.

L’enseignement demande aussi une bonne capacité d’adaptation et de persévérance. Bien entendu, la correction des travaux est une tâche répétitive, car il y a parfois plus d’une centaine de copies à corriger. Pour aimer ce travail, il ne faut pas se contenter de donner le même cours d’histoire d’année en année. Afin d’intéresser les étudiants, il faut aborder le cours de différentes manières et aussi avoir la conviction que ce qu’on leur enseigne est important. Pour garder sa motivation, il est intéressant d’élaborer des projets. Par exemple. Lorne Huston a élaboré une base de données en histoire avec un collège, Louis Lafrenière. Bref, l’enseignement est un métier exigeant, mais à la fois stimulant qui permet au professeur d’élargir ses champs de compétences. En effet, le cours Histoire de la civilisation occidentale couvre l’histoire de l’Occident de l’Antiquité à nos jours ce qui fait en sorte que l’on en apprend constamment en préparant ce cours.


Voici un complément d’information à la conférence gracieusement offert par monsieur Huston :

J'encourage tout candidat sérieux à l'enseignement collégial en histoire à adhérer à l'Association des professeurs d'histoire des collèges du Québec (APHCQ). C'est une excellente association qui tient un congrès une fois par année et qui publie un bulletin 3 fois par année + un numéro spécial qui annonce le congrès annuel. Le congrès annuel (qui en 2008 sera à Québec - bien sûr - se tiendra le 4-5 juin). C'est une occasion pour des candidats éventuels à côtoyer des profs en place, pour les voir aller, pour se faire connaître à travers des échanges, tant dans les ateliers ou les plénières que dans les occasions informels comme les pauses-santé, les lancements de livres, le banquet, les 5 à 7, etc.

L'adhésion annuelle est de 50$. Pour devenir membre, il suffit d'envoyer ses coordonnées (nom, adresse, institutions d'affiliation s'il y a lieu, téléphone, télécopieur, courriel)

À l'ordre de L'APHCQ
a/s M. Jean-Louis Vallée,
Centre d'études collégiales de Montmagny, Cégep de la Pocatière
115, boul. Taché Est,
Montmagny (Québec), G5V 4J8

mercredi 3 octobre 2007

Midi-Conférence : 10 octobre

Enseigner l'histoire au collégial

Aviez-vous songé à enseigner votre passion pour l'histoire dans un Cégep après vos études universitaires?
Le Réseau Histoire vous invite à vous renseigner sur les possibilités de carrière dans le domaine de l'enseignement collégial.

Quand? mercredi, le 10 octobre 2007 de 12h45 à 14h
Où? local A-1750.


Venez rencontrer trois professeurs de cégep qui viendront partager avec vous leur expérience :
Lorne Huston, Doctorat (1989), Concordia University; Histoire européenne, 19 e siècle : Les expositions d'art à Paris 1864-1914, Maîtrise en sociologie (1975), Université de Montréal, Professeur de sociologie au cégep Édouard-Montpetit depuis 1976, Professeur d'histoire au cégep Édouard-Montpetit depuis 1992.

Valérie Blanc, Maîtrise en histoire (juin 2007), l'Université de Montréal. Professeur d'histoire au cégep Édouard-Montpetit depuis la session d'automne 2007.

Patrice Régimbald, Doctorat avec spécialisation dans le domaine de l'historiographie et maîtrise en histoire urbaine du Québec. Chargé de cours à l'UQAM durant de nombreuses années (HIS 4002 Initiation à la connaissance historique), et professeur au cégep depuis 1993 (cégeps de Rimouski, Montmorency, Lionel-Groux, André-Laurendeau et enfin Vieux Montréal depuis 1995)


Ne manquez pas cette chance d'avoir l'heure juste sur une carrière passionnante, mais aussi exigeante!

C'est gratuit! Apportez votre lunch!

jeudi 27 septembre 2007

Bienvenue!

Vous pensiez que les historiens sont des vieilles personnes qui écrivent sur des machines à écrire? Détrompez-vous!
Le Réseau Histoire est un réseau socioprofessionnel qui regroupe des étudiants, des professeurs et des diplômés en Histoire de l'UQAM dans le but de faire découvrir les différentes facettes du métier d'historien et d'établir des contacts dans le domaine, avec les différents acteurs du milieu.
Pour ce faire, le Réseau vous offre divers services :
  • Le bulletin électronique Info-Histoire regroupe les activités en lien avec votre discipline : colloques, conférences, sites Internet, et autres activités ;
  • Le bulletin électronique Info-Emploi diffuse les offres d'emploi pour les étudiants ainsi que pour les diplômés.

Le comité organise :

  • Des soirées-rencontre et des midis-conférence avec un ou plusieurs invités sur les sujets qui vous intéressent ;
  • Un souper-rencontre annuel ;
  • Une journée de conférences sur un thème précis utile à votre carrière ;
  • Toutes ces activités, dans le but d'informer les étudiants sur les débouchés professionnels.

N'hésitez pas à nous donner vos suggestions pour d'autres activités ou thèmes de conférences!

Impliquez-vous dès maintenant!